Approche cyclique : Le signe du Capricorne

Nous voilà rendu.e.s au Solstice d’Hiver, ce moment de l’année où, dans l’hémisphère Nord, la nuit domine le jour et qui marque l’entrée du Soleil dans le signe du Capricorne et le début de l’hiver calendaire. Faut-il voir une analogie entre l’hiver, le repos de la nature, la fraîcheur des températures et la mort-renaissance du jour avec le signe du Capricorne?

Nous prenons le parti que rien n’est moins sûr, le symbolisme astrologique ne s’arrêtant pas aux frontières des pays du Nord comme les particules radioactives aux frontières des pays de l’Est et la barbarie aux frontières des pays « du Sud ». Si certains parallèles peuvent être faits afin d’éclairer le symbolisme, nous éviterons de nous situer dans une vision centrée sur le vécu des pays du Nord de l’hémisphère Nord, déjà bien dommageable dans d’autres domaines, pour nous centrer sur l’essence du signe du Capricorne.

Le zodiaque est un cycle ordonné. Comme chacun des signes, il faut comprendre le Capricorne en tant que partie d’un tout, dont la position dans ce tout est porteuse de sens. Le Capricorne précède l’ardent Sagittaire et sa motivation de conquête, de découverte, de dépassement, de réunion, de diffusion de la lumière, de convivialité, d’idéal, de dépassement et d’élargissement. Alors que les trois signes dits d’automne (Balance, Scorpion, Sagittaire) développaient le rapport à l’autre et se tournaient vers l’altérité et le collectif, le Capricorne inaugure une nouvelle phase du zodiaque, et pas n’importe laquelle: la dernière.

La conscience aigüe du temps, selon Françoise Hardy (Soleil Capricorne)

Prenant le contrepied des signes précédents, l’énergie* Capricorne renvoie à une solitude primordiale. Préparant à la fin du cycle, il s’agit en Capricorne de se séparer de la multitude foisonnante du superflu pour retrouver l’essentiel. Et l’essentiel est à l’intérieur. En Capricorne, nous sommes en quête de l’Être, en quête d’une qualité primordiale qui ne saurait être parasitée par les distractions quantitatives du monde extérieur. Revenir à l’essence. Se séparer du reste.

Economie. Economiser pour mieux concentrer. Cerner la vérité, celle qui importe, et que rien ne vienne distraire ou dilapider ce dont la qualité découle de l’unicité. Que vaut la parole qui se noie dans la masse de la palabre intempestive. Que vaut un cadeau, s’il en est fait tous les jours de semblables ? Que vaut l’acte juste, s’il se perd dans le foisonnement d’actes inconséquents ?

Sage peut-être plus que tous les autres signes, le capricorne sait la vanité des choses, la valeur de l’intention et la force du temps. De là vient le qualificatif d’ambitieux, comme celui d’austère, qu’on lui donne souvent. Signe de Terre, le Capricorne est une force éminemment pratique. Organisé, fiable, pratique, avec cette capacité à se concentrer sur l’essentiel, sa volonté est toute entière orientée vers la réalisation d’un but qui, pour être parfait, se voudrait transcendant. Élévation.

Sous l’égide du vieux Saturne, on retrouve le sens des responsabilités et des choses concrètes, mais aussi cette sage détermination qui consiste à construire avec le temps. Conscience du temps. « Rome ne s’est pas construite en un jour » dit le proverbe. Le Capricorne s’est armé du temps. Son objectif est clair. Sa route rationnellement calculée et adroitement tracée. En quête d’un Soi réconcilié avec la conscience qu’il existe quelque chose de plus vaste (le Sagittaire a apporté cette conscience de l’immensité, de l’inconnu et du plus grand que soi), le Capricorne est mû par ce désir irrépressible de gravir la plus haute montagne. Pour se trouver soi, et peut-être bien pour trouver autre chose, ce quelque chose qui lui manque cruellement: le sens, l’absolu

* quand nous parlons d’un signe nous parlons de l’énergie principielle du signe telle que les forces planétaires peuvent s’en nourrir, pas des personnes nées sous ce signe (lesquelles peuvent manifester cette énergie d’une infinité de façon, à différents degrés, ou même ne pas la manifester du tout).

Économie musicale. Qualité de l’essence. par Janis Joplin (Soleil Capricorne)